ARTICLE PARIS-NORMANDIE : MATHIEU DUHAMEL

27 septembre 2018 - 08:46

Football - R1 : Mathieu Duhamel au Grand-Quevilly « avec humilité et pour prendre du plaisir » Arrivé cet été au Grand-Quevilly, après une expérience de six mois à Foggia (Série B italienne), l’attaquant Mathieu Duhamel détonne dans le paysage du Régional 1. C’est pourtant avec modestie et humilité que le natif de Mont-Saint-Aignan, auteur d’un triplé face au Madrillet-Château-Blanc, entame cette nouvelle aventure, désormais loin du monde professionnel.

Avec quatre buts en deux matches, l’ancien attaquant du HAC (2015-2017) et de QRM (2017-janvier 2018), âgé de 34 ans, a lancé sa saison et celle de Grand-Quevilly dans son sillage. L’homme aux 10 buts en 30 matches de Ligue 1 et 79 réalisations en 196 rencontres de Ligue 2 (meilleur buteur de L2 en 2013-2014 avec le SM Caen avec 24 buts) se confie pour la première fois depuis son arrivée au GQFC.

Qu’est-ce qui vous à pousser à signer à Grand-Quevilly ?

Mathieu Duhamel « Je suis venu ici pour aider des personnes que je connais, David Bonami, Jérémy Prieur, Bigide Ouahbi, un président passionné comme Paul Hellouin, et un club que j’aime bien pour atteindre un objectif, celui de monter (en N3). Mais également pour prendre du plaisir, sans prise de tête, et je peux vous dire que j’en prends beaucoup. »

Vous étiez-vous imaginé un jour évoluer au niveau régional ?

« Pas du tout. Cela s’est fait un peu par hasard, en rencontrant David Bonami et l’entraîneur Hakli Dahmane, qui m’ont proposé de venir. Je ne pensais pas reprendre dans un club. À la fin de la saison dernière, j’ai eu pas mal de propositions de clubs de L2 (dont l’AC Ajaccio), je me suis concerté avec ma famille. J’ai réalisé mon rêve de devenir footballeur professionnel, j’ai beaucoup bougé durant ma carrière, je pense avoir assez donné en tant que professionnel. Avoir un peu de stabilité, et moins de contraintes, me fait du bien. Je préfère consacrer mon temps à mon après-carrière - j’essaye d’acheter une salle de réception dans la région rouennaise - et à mes enfants. Mais en tant que passionné de football, c’est difficile d’arrêter totalement. »

Le FC Rouen a essayé de vous attirer dans ses filets, cela aurait-il pu se faire ?

« Arnaud Margueritte (NDLR : coordinateur sportif du FC Rouen), que je connais, m’avait contacté. On a discuté de façon très amicale, mais j’avais déjà donné ma parole à Grand-Quevilly, qui est un club plus tranquille, plus familial, c’est davantage ce que je recherchais. »

« J’espère jouer tous les matches »

Et ce, après une expérience de six mois à Foggia. Que retenez-vous de cette aventure italienne ?

« C’était beaucoup plus physique, un football différent. Il m’a fallu un mois pour m’adapter, il y a eu des choix un peu particuliers où on préfère faire jouer les Italiens plutôt que les étrangers. Avec l’entraîneur, cela ne passait pas trop. C’est une autre mentalité. Quand j’ai joué (12 rencontres dont 2 titularisations, 2 buts), je pense avoir fait de bons matches. Et puis il y a une ambiance du tonnerre dans les stades, une ferveur monstrueuse. Je ne pouvais pas faire trois mètres dans la rue sans être interpellé. Mais je n’aurais pas pu rester de toute façon car il n’y avait pas d’école française pour ma fille. »

Revenons au Grand-Quevilly. Comment se passent vos premiers pas au complexe du Chêne-à-Leu ?

« Cela m’a fait bizarre au début, ç’a m’a rappelé quand j’étais gamin à l’US Quevilly. Le stade, le vestiaire, ce n’est pas ce que j’ai pu connaître avec les professionnels, mais c’est tout aussi bien de renouer avec ça. On ne joue pas tout le temps sur des terrains exceptionnels, mais on a la chance de jouer sur une belle pelouse à domicile. Le complexe est vraiment superbe, ce sont de très bonnes conditions pour les jeunes, qui peuvent progresser tranquillement. C’est peut-être pour ça que je suis venu. »

Pas que vous d’ailleurs. Des joueurs comme Prieur, Sidibé et Ouahbi se sont aussi engagés cet été au GQFC. Cela démontre l’ambition du club ?

« C’est sûr. S’il y a un club dans la région qui pourrait avoir de l’avenir, c’est bien Grand-Quevilly. »

Au contact de vos nouveaux partenaires, et de Hakli Dahmane, le feeling passe-t-il bien ?

« Franchement, cela se passe vraiment bien, ça rigole, ça vit bien. Je suis quelqu’un de humble dans la vie, je sais d’où je viens, sinon je n’aurais pas signé une licence amateur en R1. Et puis il y a de la qualité dans cette équipe. Le degré d’exigence n’est pas le même, je le suis avec moi mais je ne peux pas l’être autant avec mes partenaires qui ne sont pas des professionnels. J’espère aider certains joueurs, qui ont le niveau supérieur. Si je suis bien physiquement, j’espère jouer tous les matches. Après, dans le football, il faut toujours se remettre en question et avoir beaucoup d’humilité. Beaucoup de personnes vont dire que Grand-Quevilly est une grosse équipe, individuellement il y a des joueurs de qualité, mais il faut être bon collectivement. On l’a montré face au Madrillet, mais c’est sur la durée qu’il faut voir. »

 
  Luc Gallais

Commentaires

COUPE DE FRANCE : GQFC / AS CHERBOURG 1 jour
REGIONAL 1 : GQFC / BOIS-GUILLAUME 3 jours
0-1
CLEON C.O. / GQFC 4 jours
CLEON C.O. / GQFC : résumé du match 4 jours
2-0
GQFC / GISORS F.C.G.V.N. 27 4 jours
GQFC / GISORS F.C.G.V.N. 27 : résumé du match 4 jours
0-5
GQFC / ROUEN SAPINS FC 5 jours
GQFC / ROUEN SAPINS FC : résumé du match 5 jours
0-4
GQFC / MALADRERIE 5 jours
GQFC / MALADRERIE : résumé du match 5 jours
4-0
BOISGUILLAUME / GQFC 5 jours
BOISGUILLAUME / GQFC : résumé du match 5 jours
2-2
CANY / GQFC 5 jours
CANY / GQFC : résumé du match 5 jours
PLANNING DES MATCHS DES 10 ET 11 NOVEMBRE 2018 6 jours
+