ARTICLE PARIS-NORMANDIE DU 20 SEPTEMBRE

20 septembre 2017 - 08:31

L’entraîneur Hakli Damane et le président Paul Héllouin avec, en contrebas, les engins de terrassement qui œuvrent à la réfection de nouveaux terrains au Chêne-à-Leu (photo C. S.)

En attendant la réfection de son complexe du Chêne-à-Leu, le Grand-Quevilly FC dispute ses rencontres à l’extérieur. Avec réussite.

CLAUDE SEVENO

De l’avis unanime des footballeurs régionaux, la pelouse du terrain d’honneur au complexe du Chêne-à-Leu ressemblait à s’y méprendre depuis plusieurs saisons davantage à un champ de labours, favorable à la culture et la récolte de la pomme de terre plutôt qu’à un gazon propice à la pratique du football. Indigne d’un club de 450 licenciés pour une vingtaine d’équipes engagées dans les différents championnats. Mais là où le Grand-Quevilly FC a élu domicile depuis 1971, à l’époque AL Césaire-Levillain, a laissé place aujourd’hui à un ballet de bulldozers et autres engins de terrassement.

Un vaste chantier qui laisse augurer du nouvel outil dont bénéficieront les footballeurs du Grand-Quevilly FC dans quelques semaines. À savoir un terrain d’honneur qui recevra un gazon naturel avec substrat rajouté ainsi qu’un nouvel éclairage. Les deux autres terrains, l’un engazonné et l’autre stabilisé, seront remplacés par deux terrains revêtus d’un gazon synthétique dernière génération. Le tout livré au plus tard pour la fin novembre. « Le terrain d’honneur et la tribune étaient devenus obsolètes, raconte le président Paul Héllouin. Ils ont fait leur temps alors, plutôt que de faire du neuf avec du vieux, c’était plus judicieux de repartir à zéro. » Depuis le 15 juillet date des premiers coups de pelles du vaste chantier, certains licenciés du Grand-Quevilly FC se sont expatriés à Petit-Couronne. « Je tiens d’ailleurs à remercier chaleureusement la municipalité de Petit-Couronne et Yves Duval le président du club de foot qui mettent leurs installations à notre disposition pour certains de nos matches que nous devons jouer à domicile. »

Jusqu’alors, le calendrier du championnat R1 a programmé les deux premières rencontres du GQFC à Bois-Guillaume et à Oissel, où d’ailleurs les joueurs d’Hakli Dahmane en sont à chaque fois revenus victorieux.

« On ne va pas se plaindre, on peut utiliser les douches... »

En revanche, pour le compte de la 3e journée, le 1er octobre, ils doivent recevoir l’ASM Château-Blanc. « Deux solutions s’offrent à nousL’une est celle de jouer à Petit-Couronne si nous en avons la possibilité, l’autre serait d’inverser la rencontre avec l’accord du Château-Blanc. » Outre ce casse-tête engendré pour fixer le lieu des rencontres, Hakli Dahmane a aussi été confronté aux endroits pour assurer les entraînements. « Depuis la reprise le 23 juillet, on a pas mal galéré et bricolé. Ce fut compliqué. J’ai fait des séances à Saint-Exupéry à Rouen, au centre des loisirs, dans un gymnase de la ville également. L’US Grammont nous a aussi prêté son terrain synthétique. Les joueurs perdent leurs repères. Bref, on prend notre mal en patience dans l’attente de la livraison des nouveaux terrains. » À l’heure actuelle, Lacaille et ses partenaires ont reçu l’autorisation de s’entraîner au... Chêne-à-Leu. Un privilège ? « C’est sur un bout de terrain, sur celui du haut (sic), détaille Dahmane. Un terrain bancal car il y a un ancien poteau d’éclairage dans les 18 mètres. Mais on ne va pas se plaindre, on peut utiliser les vestiaires et les douches... »

Pour autant, quand les protégés d’Hakli Dahmane pourront évoluer sur leur nouveau terrain, ils devront attendre encore une année avant de prendre possession de nouveaux vestiaires sous une nouvelle tribune modulable pouvant accueillir entre 300 et 400 spectateurs. « Ce sera l’un des plus beaux complexes de la région », affirme en conclusion Paul Héllouin.

Commentaires

+