ARTICLE PARIS-NORMANDIE: BOIS GUILLAUME / GQFC

15 mai 2017 - 07:53

Grand-Quevilly attend

Assuré d’être dans le top 4, mais pas encore promu, Grand-Quevilly a disposé de Bois-Guillaume (1-2).

D’abord maladroit, Né-Yram Hounkpati a finalement offert la victoire  au Grand-Quevilly. La 13e de la saison ( D’abord maladroit, Né-Yram Hounkpati a finalement offert la victoire au Grand-Quevilly. La 13e de la saison (photo archives) JEAN-PIERRE HERANVAL   Depuis le week-end dernier, Grand-Quevilly est entré dans une période pour le moins étrange. Assuré de figurer parmi les quatre premiers du championnat, le GQFC n’est pourtant pas assuré d’être promu. Si d’aventure, samedi prochain, Avranches (B) et QRM (B) se maintiennent en CFA 2, les Tangos pourraient être amenés à disputer un barrage. « C’est pour ça que j’ai recadré tout le monde cette semaine, explique Hakli Dahmane. Les gars se sont un peu relâchés avec cette histoire de 4e place. Ils ont l’impression qu’on n’a plus rien à jouer, mais ce n’est pas le cas. Toute ma causerie d’avant-match a été basée là-dessus. » Dans son viseur, le coach grand-quevillais a deux éléments : le premier, c’est la perspective toujours vivante de coiffer au poteau le FC Rouen et de terminer 3e (les Diables Rouges n’ont que deux points d’avance) ; le second, c’est de conserver le rythme si jamais son équipe a à disputer un barrage. « Rien n’est fait », martèle-t-il.

Le stade prêt pour la reprise ?

Un discours qui a fini par pénétrer les têtes de ses ouailles. « On joue pour gagner, pour terminer le plus haut possible, affirme Julien Travailleur. Ensuite, on verra bien où tout cela va nous mener. Il nous faut nous tenir prêt pour le barrage. » Un barrage face au 4e bas-normand qui serait déjà une sacrée réussite pour le club de la rive gauche que personne ne voyait à un tel niveau en début de saison. « Le travail a payé, sourit Travailleur. Il n’y a pas de hasard. Avant tout, on est une sacrée bande de copains, c’est ça qui a fait la différence. » Mais si la montée en N3 n’était pas programmée, le président Paul Hellouin et Hakli Dahmane sont prêts à s’organiser si cet exercice se termine sur une bonne nouvelle. « Financièrement, on a le feu vert, explique l’entraîneur des Tangos. De plus, notre super complexe devrait être prêt pour le début de saison. » En attendant, il y a donc un exercice 2016-2017 à boucler. Hier, les Grand-Quevillais ont dominé Bois-Guillaume (1-2). Dans la douleur puisqu’Hounkpati, de la tête sur un corner de Varru, a inscrit le but de la victoire dans les arrêts de jeu (90e+1), mais fort logiquement tant ils auraient dû tuer tout suspense bien avant. En première période notamment où Hounkpati, justement, a mangé la feuille à deux reprises (3e, 28e). « À la mi-temps, on s’est dit qu’il ne nous manquait que les buts », raconte Travailleur, auteur de l’ouverture du score (0-1, 61e). La délivrance pour le GQGC ? Pas vraiment puisque Ba (76e, 81e) ne trouvait pas la faille tandis que le Bois-Guillaumais Gbaka, d’une lumineuse demi-volée de 35 m, égalisait pour les locaux (1-1, 88e). « Le match nul aurait été très heureux, reconnaît Grégory Auger, le coach des Verts. Les gars ont fait les efforts face à un adversaire qui a encore de gros objectifs. Cette saison, on a beaucoup tiré sur eux pour assurer le maintien. Merci à eux d’avoir cru au travail, de ne pas avoir lâché quand on était au fond du trou. Je suis fier d’eux. »  

Commentaires

+