ARTICLE PARIS-NORMANDIE: POINT CHAMPIONNAT DH

2 mai 2017 - 08:01

Abou Ba a inscrit un quadruplé dimanche lors de la victoire du Grand-Quevilly FC à Romilly 

Ça se décante en haut, pas en bas

Football Division d’Honneur Dimanche, la 23e journée de DH a vu Gonfreville être officiellement titré et Grand-Quevilly faire un grand pas vers la 4e place. En bas de tableau, en revanche, tout reste serré.

JEAN-PIERRE HERANVAL (AVEC CORRESPONDANTS)   La fin de saison approche et chaque journée rend les choses un peu plus claires. Derrière Gonfreville, Pacy et le FC Rouen, il semble de plus en plus probable que la 4e place échoie au Grand-Quevilly. Un succès dimanche en match en retard face à Gasny, officialiserait même cela.

L’ESMGO SACRÉE

Trois ans après, Gonfreville empoche le deuxième titre de champion de DH de son histoire. Un sacre qui ne faisait plus aucun doute depuis des semaines, officialisé dimanche par le succès acquis à Sotteville (0-3). Ce qui explique la joie relative des Rouge et Noir qui se sont contentés de quelques chants et cris dans leur vestiaire. Loin des effusions de joie des Quevillais, l’an passé, qui avaient dû attendre les dernières secondes de la dernière journée de championnat pour fêter leur titre. « Ça fait quand même plaisir, sourit le défenseur Sofiane Annab. On descend de CFA 2, on remonte directement avec un parcours quasi-historique. On veut aller chercher une 21e victoire, ce que personne n’a jamais fait, atteindre la barre des 100 points (le record est de 91), rester invaincu jusqu’au bout. Il y a aussi la Coupe de Normandie. Dimanche on joue la « B » de QRM (CFA 2), c’est un bon test avant la saison prochaine. Car si on conserve notre ossature, honnêtement, je pense qu’on peut jouer les premiers rôles en N3. »

PACY PAS ENCORE PROMU

Comme il n’y a encore aucune assurance que la quatrième place offre un ticket direct pour le N3, les onze points d’avance de Pacy sur Grand-Quevilly ne suffisent pas à officialiser leur montée. Dimanche face à Déville/Maromme (1-1), ils ont de nouveau livré une prestation quelconque, à l’image de leurs dernières sorties. « Depuis déjà quelques matches, on pèche par manque d’enthousiasme et de réalisme », confirme Manuel Huet. Et sans le but de Bétin (90e), les Pacéens auraient concédé une défaite fâcheuse. Leurs adversaires, eux, ont en revanche dit adieu à leurs derniers espoirs de montée. Les huit points de retard sur Grand-Quevilly ne peuvent être rattrapés.  

LE GROS COUP DE GRAND-QUEVILLY

Le discours n’a toujours pas changé. Solide quatrième, le Grand-Quevilly FC ne se prend pas la tête. « On verra bien, sourit Hakli Dahmane. On ne s’attendait pas à être là, on va jouer le coup à fond, sans savoir ce que cela va donner. Une montée ? Un barrage ? Ça ne dépend pas que de nous. » Largement vainqueurs (0-6) dimanche face à une équipe de Romilly, « diminuée et en roue libre » selon Thierry Laridon, les Tangos font une très bonne opération du fait de la défaite de Sotteville. Avec un match en plus à jouer, ils comptent cinq longueurs d’avance sur leurs voisins de la rive gauche. D’ailleurs, de leur côté, les Sottevillais ne se font plus guère d’illusions. Raynald Bertin reconnaît même qu’il n’a jamais vraiment cru pouvoir accrocher une place du top 4. « On manque de mental, on l’a encore vu sur le match d’aujourd’hui (dimanche). Quand on prend un but, on baisse la tête au lieu de se révolter. C’est vrai que quand on regarde le classement, on peut se dire qu’on a un coup à jouer, mais, moi qui suis au quotidien avec les joueurs, je me bats pour leur dire que mentalement il faut être plus costaud. Intrinsèquement, on n’a rien à envier à Pacy, au Grand-Quevilly, sauf qu’eux ont davantage de caractère. »  

FRILEUSE, ATTENTION !

En bas de tableau, les différentes équipes concernées par le maintien n’ont que peu avancé. Fauville, à Bois-Guillaume (4-1), et Frileuse, à Oissel (1-0), ont perdu. Tandis qu’Eu et Saint-Romain se sont neutralisés (1-1). Dans ce contexte, la situation des Havrais, battus pour la cinquième fois consécutive, devient plus que préoccupante avec deux tout petits points d’avance sur la lanterne rouge eudoise. « C’est rageant, encore une fois, car on méritait au moins les deux points du match nul, soupire Salif Diawara. On n’a pas su concrétiser nos occasions. C’est un peu à l’image de nos dernières sorties. Maintenant, il va falloir retrousser nos manches, aller au charbon pour prendre des points (notamment dans les confrontations directes qu’il leur reste face à Fauville et Eu). »

Commentaires

+