ARTICLE PARIS-NORMANDIE: GQFC / EU

27 février 2017 - 07:49

Football - DH : Grand-Quevilly s’installe en haut

De la tête, David Bonami a donné un avantage décisif au Grand-Quevilly (photo archives Jean-Marie Thuillier)

Grand-Quevilly est parvenu à s’imposer face à une belle équipe eudoise (2-0). Le club de la rive gauche reste ainsi à hauteur du FC Rouen.

 Au vu de la pelouse avant le début de la rencontre (terrain très bosselé), il apparaissait assez évident que le jeu n’en sortirait pas grandi. C’était pourtant les visiteurs qui s’accommodaient le mieux du terrain. Ils prenaient rapidement le jeu à leur compte et bloquaient parfaitement les initiatives des banlieusards rouennais. Fort d’un haut pressing et de présence dans les duels, ils maintenaient les locaux sur leur base arrière.

Trop timorés, les Grand-Quevillais avaient toutes les peines du monde à ressortir proprement le ballon. Ils s’évertuaient à vouloir jouer de longs ballons de contre, tactique louable mais peu efficace jusqu’alors. Malgré un manque de mobilité notable, les locaux allaient tout de même se créer la première vraie occasion de la partie sur une reprise de volée de Bonami (24e). Et sur leur deuxième coup de pied arrêté, à l’abord de la surface adverse, Hounkpati, opportuniste, profitait d’un cafouillage pour ouvrir le score (1-0, 30e).

Eu n’a pas lâché

Ce but avait pour effet de libérer enfin les locaux qui se montraient dès lors plus convaincants. Et sur un décalage approprié, Gomis mettait Gateau à contribution (34e). Les Eudois ne baissaient pas les bras et sur leur première occasion franche, Kobsch avait la balle d’égalisation peu avant la pause (40e).

Les locaux tentaient de mettre plus de rythme à la reprise. Mais à cause de l’état du terrain autant que de leurs approximations, ils ne parvenaient pas à faire le break rapidement sur une phase de jeu. Pourtant après un essai hors cadre de leur attaquant de pointe (56e), Bonami trouvait la faille de la tête sur un corner profitant de la passivité du gardien adverse scotché sur sa ligne (2-0, 66e). Ce double avantage n’entamait pas le moral des Eudois, qui, malgré une déficience athlétique, continuaient à opposer une véritable opposition.

Leurs bonnes intentions étaient toutefois trop souvent stériles pour inquiéter le portier grand-quevillais. Ces derniers accentuaient d’ailleurs leur emprise sur le match en espérant que cette domination aboutisse à freiner l’envie des Maritimes à revenir dans la partie. Par deux fois et coup sur coup, Mendes se procurait les occasions nécessaires pour asseoir définitivement la marque, sur une frappe cadrée détournée par Gateau tout d’abord (80e) puis sur une reprise contrée in extremis (81e). Vaillants et combatifs jusqu’au but, les Eudois ne désarmaient pas pour autant et c’était eux qui avaient la dernière occasion sur une frappe de 22 mètres de Vandesteene (85e). Ça ne suffisait pas à faire plier les Grand-Quevillais bien calés en haut du classement.

(Article de Paris-Normandie du lundi 27 février 2017)  

Commentaires

+